L'arbre de Vi[ll]e
PARIS

.

Par sa complexité, son atypisme, son allure de faille urbaine taillée dans le dense tissu parisien, le site du 183, rue Ordener se révèle un laboratoire idéal pour l’architecte-couturier.


Marque de l’élégance toute atemporelle des projets de Pietri Architectes, c’est sur la simplicité constructive qu’y poussent les éléments d’architecture extraordinaires.


Parce que l’avenir, aux yeux de l’agence, est à la rationalisation de la base architecturale, L’Arbre de Vi[ll]e se propose d’entrouvrir à Paris la voie. Tout le projet consiste à décliner, à partir de panneaux de bois préfabriqués et capotés de zinc sur leurs surfaces extérieures, un système modulaire unique : unités superposées pour la « cité d’artistes », vitrées sur toute leur hauteur et supports de protection climatique ; modules empilés sur deux pignons en superstructure de la galerie, offrant des typologies variées d’appartements traversants au-dessus d’une crèche couvrant les deux premiers étages.


La simplicité constructive se fait ainsi le cœur de l’innovation économique, écologique, sociale, architecturale. Le tronc d’un mode de vie vertueux. Elle retrempe à la source de la ville classique en s’adaptant aux usages de nos contemporains.


Le site


Nichée au cœur du 18e arrondissement de Paris, dans un quartier animé non loin de la Mairie, cette parcelle atypique, toute en longueur, s’étire comme une « dent creuse » entre deux ensembles immobiliers importants (parmi lesquels une copropriété fin 19e-début 20e affichant un grand mur pignon R+7, dont il faut préserver les jours de souffrance). Grevé de servitudes, bénéficiant d’un accès de moins de 10 m sur rue, ce site contraint offre toutefois une réelle tranquillité en cœur d’îlot. Occupé aujourd’hui par un bâtiment industriel R+2 surmonté d’une verrière en fond de parcelle, il présente une richesse qu’il importe de mettre en valeur.


La galerie


De la configuration en T de la parcelle, imposant d’imbriquer les espaces servants et les espaces servis, est née l’idée de traiter sa partie côté rue comme un passage parisien : un espace-tampon actif, combinant en rez-de-chaussée la fonction de desserte et divers programmes (hall d’entrée des logements, accueil de la crèche, local vélos ou poubelles, espaces commerciaux ou collaboratifs : laverie, bibliothèque, alimentation, etc.).


La cité d’artistes


En fond de parcelle, L’Arbre de Vi[ll]e organise des logements en duplex, véritables maisons de ville rehaussées de toitures-terrasses végétalisées, tout autour d’une allée centrale plantée. Afin de conserver la structure métallique de la verrière historique, le projet se propose d’en faire le support, à ciel ouvert, des protections solaires et de la végétation.


L’arbre de loggias


Signature architecturale de L’Arbre de Vi[ll]e, cette sculpture de loggias organise les circulations verticales à travers l’ensemble immobilier sur rue. Sur chaque niveau, une passerelle aérienne dessert deux logements entièrement traversants, disposés de chaque côté du jardin.